Comme moi, depuis que vous êtes mère puis mère célibataire, vous avez sans doute passé votre temps à faire en sorte que l’enfance de vos enfants soit épanouissante et mémorable que possible. Vous aviez probablement dès le début très à coeur le bonheur de vos enfants. Et vous avez aussi essayé de les aider à réussir de toutes les manières possibles. Je vous rassure, moi aussi. Et je le fais toujours.

Si comme moi, vous avez été mariée longtemps, et que vous avez été malheureuse dans votre mariage,  vous vous êtes certainement beaucoup raccrochée à vos enfants. Il y a certainement beaucoup de choses dans votre vie qui ont changé immédiatement, au moment même ou vous êtes devenue maman solo.

Mais au moment même ou vous êtes devenue une mère célibataire, vous êtes aussi devenue une femme célibataire.

En ce qui me concerne, je ne veux pas seulement être la femme qui prend soin des besoins de mes enfants. Je veux être pour eux un mentor, un modèle et une source d’inspiration.

Voici donc comment j’ai trouvé l’équilibre entre être une maman et une femme célibataire.

Etre une maman et une femme célibataire:  J’ai revu mes priorités.

Pendant les premières années de mon mariage, à peu près tout ce à quoi je pensais était l’avenir de mes enfants et le bonheur de mon mari. Dans ma hâte de les amener du point A au point B et de construire un foyer heureux;  je me suis progressivement perdue de vue.

Puis je suis devenue maman solo.

Je n’étais soudainement plus autosuffisante. D’ailleurs je ne savais plus prendre soin de moi. Ou tout simplement ce qui me ferait plaisir. J’ai réalisé que je me négligeais autant physiquement que psychologiquement. J’ai aussi réalisé combien j’ai complètement négligé mes besoins et mes aspirations durant toutes ces années. Je pense aujourd’hui que la maternité ne devrait jamais être une perspective de tout ou rien.

Je sais maintenant que mon bonheur et mon bien-être comptent aussi. Bien que je sois toujours très occupée en tant que mère, je consacre maintenant du temps à la promotion de mon avenir. A la fois professionnel et personnel. Assez rapidement, mes enfants seront seuls et moi aussi. Faire de son bien être et de son avenir une priorité dans sa propre vie est pour moi la seule façon de me préparer adéquatement pour ce jour.

Etre une maman et une femme célibataire:  J’ai revu les limites.

En accordant la priorité à mes besoins aux côtés de ceux de mes enfants, j’ai commencé à établir et à imposer des limites entre eux et moi-même. Parce que j’ai leur garde la plupart du temps, il est tentant de perdre mon identité parmi les leurs si je ne délimite pas une limite quelque part.

La limite principale que j’ai choisie se situe entre ma vie de famille et ma vie sociale. Quand j’ai commencé à sortir après ma séparation, j’ai d’abord entendu des plaintes de mes enfants qui ne voulaient pas que je sorte sans eux. Ils n’étaient pas habitués à me partager, surtout avec un étranger. Je me sentais coupable, non seulement de les laisser derrière moi, mais aussi de vouloir garder une vie sociale. La vérité est, je me réjouis de ces quelques heures loin d’eux avec un autre adulte. J’ai besoin de ce temps pour me vider la tête. Et d’être des fois quelqu’un d’autre que la mère de mes enfants.

Depuis, je me sans mieux en mesure de faire face à tous les challenges que la monoparentalité implique.

Etre une maman et une femme célibataire: J’ai revu mon image

Fini le temps où je dépensais chaque centime sur mes enfants et rien sur moi-même. Aujourd’hui, je possède une jolie garde-robe, même si j’ai souvent acheté d’occasion. Mes ongles sont soignés et mes cheveux sont coiffés. Aujourd’hui, je prends le temps.

Etre une maman et une femme célibataire:  J’ai revu mon attitude.

J’ai mes mauvais jours, comme tout le monde.  Mais je travaille à éviter tristesse, pessimisme et insécurité et je demande à mes enfants d’en faire autant. Ce sont des sentiments très toxiques. Je me bats pour demain, pour un avenir meilleur.

Etre une maman et une femme célibataire:  J’ai le droit de dire non.

Le mot « non » n’est plus un gros mot dans notre maison.  Par exemple: Non, nous n’avons pas l’argent ce mois-ci. Non, nous n’avons pas le temps aujourd’hui. Non, vous ne pouvez pas me réveiller à toutes les heures de la nuit pour un oui ou pour un non.  Et Non, je ne vais pas annuler ma soirée entre amies après avoir passé une journée entière avec mes enfants. Au début, dire «non» a été un choc pour mes enfants et aussi pour moi-même. Mais assez tôt ils se sont adaptés et j’ai pris de l’assurance.

 



Leave a Reply