Quand on est une maman solo au bout du rouleau, on ne sait pas toujours ou trouver des solutions ni vers qui se tourner pour nous aider à aller mieux.

Pourquoi sommes nous parfois au bout du rouleau?
Comment nous soulager de notre charge psychologique?
Qui pour nous écouter quand ça va mal?

Dans nos vies de mères célibataires, nous avons toutes des défis personnels à relever. Nous avons toutes des périodes ou l’on voit les choses avec optimisme. Et ou on va de l’avant et ou on se sent formidablement bien. Et inévitablement aussi des périodes de déprime ou on stagne. Ces périodes peuvent être passagères ou plus installées. Mais quand une maman solo est au bout du rouleau, elle n’a pas d’époux vers qui se tourner. Et parfois même aucune famille proche qui pourrait l’aider à surmonter cet état.

Maman solo au bout du rouleau: pourquoi?

Une maman solo doit gérer au quotidien tout un ensemble de choses qui font qu’elle porte un poids psychologique énorme sur les épaules. Il y va de la santé morale et financière de toute la famille. Il lui faut s’occuper des difficultés liées à l’éducation des enfants, de gérer l’ensemble des tâches ménagères et administratives…

Tout cela peut devenir très pesant, surtout lorsque surviennent de nouvelles difficultés. Comme par exemple une période de chômage, une dispute avec quelqu’un de l’entourage, un nouveau calcul de ses droits en sa défaveur ou des problèmes de santé.

On parle beaucoup de cette charge mentale en l’associant à une problématique de couple. Lorsque une épouse doit prendre en charge de l’ensemble de l’organisation familiale. Sans vouloir rentrer dans une concurrence inutile, nous pensons qu’il est regrettable que nous n’en parlions pas davantage quand il s’agit des mamans solos. Qui de fait prennent toutes les responsabilités dans la famille. Tout en bénéficiant de moins de bienveillance et de soutien que les autres.

Maman solo au bout du rouleau – l’aide extérieure.

Il existe de nombreuses structures dont beaucoup de mamans solos au bout du rouleau ne soupçonnent même pas l’existence. Sans oublier les structures municipales ou régionales.

Voici donc pour vous un petit tour d’horizon:

– L’aide téléphonique.

C’est une aide très pratique pour une mère célibataire car elle est accessible facilement. Il n’y a pas besoin de se déplacer ou de faire garder les enfants. Généralement les écoutants sont très compétents. Ils savent remonter le moral d’une maman solo au bout du rouleau. Et aussi écouter ce qu’elle a sur le coeur. De plus, c’est souvent entièrement gratuit et anonyme.

Il existe plusieurs lignes téléphoniques comme par exemple l’UNAFAM- écoute familles.

– Se faire aider par une association:

Il existe bien entendu des association spécialisées dans l’aide et le soutien aux familles monoparentales. Nous parlions récemment de l’association K d’urgences dans nos pages. Mais en téléphonant à votre mairie ou à votre région, vous découvrirez certainement d’autres dispositifs, près de chez vous.

Il existe aussi des associations qui peuvent vous aider concrètement au quotidien sur du long terme en vous proposant des parrains de coeur ou des grand-parents de coeur. En plus, de vous apporter un réel soutien au quotidien avec vos enfants, cela peut en partie pallier à un manque de famille proche (famille éloignée, mésentente ..). C’est une solution originale et innovante. Et pendant que vos enfants seront avec leurs grands-parents ou leurs parrains de coeur vous pourrez penser un peu à vous et/ou faire une bonne sieste !

Maman solo au bout du rouleau – les liens à lire absolument : 

Notre article: éviter le burn-out parental des mères célibataires.

Nos conseils: comment les mères célibataires peuvent trouver plus d’énergie?

Notre article: une mère célibataire fatigue plus qu’une autre.



One Response

  1. isabelle FACQUET at |

    bonjour j’ai lu votre article pour le droit aux aides en cas d’hospitalisation, j’en ai parlé à ma fille qui est maman solo, sauf du fait que deja les services sociaux son derriere elle, elle à peur qu’on lui enleve son enfant si elle demande cette aide. je la comprend mais je suis à 700 km d’elle et donc pas facile. le pire c’est qu’elle a besoin d’aide.

    Reply

Leave a Reply