Nom/prénom: Nolwenn Lecu
Age: 27 ans
Statut: séparée
Maman solo reprise d’études
Enfants: 1 enfant de 6 ans et demi.
En 2010, j’avais 20 ans et j’étais étudiante en faculté de droit en région parisienne lorsque je suis tombée enceinte de mon fils. J’étais en 3ème année, l’année de la licence. Décembre 2010, j’apprends avec étonnement que je suis enceinte. Le père de mon fils et moi nous sommes séparés au tout début de ma grossesse. A l’époque je cumulais un job étudiant dans la vente et du baby-sitting très régulier. Je vivais chez ma mère. La situation ne semblait donc pas idéale pour accueillir et élever un enfant. J’ai passé mes partiels de fin d’année en juin 2011 enceinte de 8 mois. Et j’ai validé mon année.
J’ai pris un appartement pour pouvoir créer un « chez nous ». Gabriel est né en août 2011. Et malheureusement son père n’a pas été présent et n’a jamais participé de quelque manière que ce soit à son éducation. Pour des raisons financières et par choix, j’ai décidé de ne pas poursuivre mon cursus en faculté de droit. Et de saisir l’opportunité qui s’offrait à moi d’occuper un poste de manager dans la vente. Je me suis rapidement aperçue que je ne souhaitais pas construire ma carrière dans ce domaine. J’ai fait le point sur mes objectifs et me suis projetée. Les nombreuses heures de travail et d’investissement empiétaient sur ma vie familiale et le temps consacré à mon fils.
Le salaire était loin d’être conséquent rapport fait aux obligations et à la charge de travail. Et puis, par dessus tout, je tenais à pouvoir être présente pour mon fils. J’ai réalisé que m’épanouir dans ma fonction était nécessaire et ce n’était pas le cas. J’ai alors décidé en 2013, deux ans après avoir arrêté la faculté de droit de reprendre mes études.

Maman solo reprise d’études: un changement de voie.

Après une réflexion longue et alimentée par des recherches, j’ai choisi les domaines de la publicité et de la communication. Les équivalences ne me permettaient pas de faire valoir ma licence. J’ai donc dû reprendre un cursus en première année. J’ai intégré une école de publicité parisienne où j’ai effectué les deux premières années d’un Bachelor Chef de Publicité.
Les charges financières obligeant, j’ai dû changer d’école de manière à pouvoir poursuivre mon cursus en alternance. J’y ai effectué mes études du Bachelor au M2. Je finalise mon cycle cette année et serai diplômée dans le domaine du Marketing, de la Communication et des Stratégies Commerciales en octobre 2018. Et d’ici 2020 j’ai pour objectif premier de lancer mon entreprise.
J’ai fait ces choix et j’ai redoublé d’efforts parce que je mets un point d’honneur à ne pas faire de mon choix ou de ma situation une fatalité. Je souhaite montrer à mon fils qu’une maman seule peut réussir et qu’une motivation à toute épreuve permet de dépasser de nombreuses barrières. Tout ce parcours je lui dois entièrement, la maternité m’a transformée. Le statut de mère célibataire m’a obligée à affronter certaines réalités dont j’ignorais tout mais c’est finalement une expérience et des circonstances qui m’ont forgée.

Maman solo reprise d’études: les principales difficultés que j’ai rencontrées 

Je me suis retrouvée célibataire dès mon deuxième mois de ma grossesse. J’ai été malade du début jusqu’à mes 7 mois de grossesse, je ne pouvais donc ni aller en cours ni travailler. J’ai été hospitalisée et on m’a fortement affirmé que je rejetais ma grossesse malgré mon choix de la poursuivre. Pourtant c’était tout le contraire. Certains membres de mon entourage ont critiqués mon choix, ne l’ont pas accepté ou pour certaines ont même décidé de ne plus faire partie de ma vie. J’ai aussi rencontré beaucoup de personnes négatives qui ont tenté de me dissuader et considéraient qu’avoir autant d’ambition en étant mère célibataire était incohérent ou irréaliste. Le fait d’avoir un enfant a également été une barrière à l’emploi lorsque je cherchais des stages ou alternances.

Maman solo reprise d’études: ce qui m’encourage à continuer: 

Mon fils Gabriel 6 ans aujourd’hui est ma principale source de force, de courage et de motivation. Ma mère également qui a été et qui est un soutien sans faille. Des professionnels que j’ai pu rencontrer et que je rencontre encore aujourd’hui et qui me confortent dans mes choix et dans ce que j’appelle « ma rage de vaincre ».

Maman solo reprise d’études: mon but.

Mon but est avant tout que mon fils soit fier et qu’il croit en lui. Qu’il soit convaincu que quelques soient les difficultés rencontrées et ce qui peut parfois être qualifié de parcours « atypique » ou de situation « compliquée », tout est réalisable et possible. Je souhaite prouver qu’une mère célibataire issue de la classe moyenne dont la vie a été bousculée par une grossesse non programmée peut percer. La maternité une force et Gabriel est ma résistance à toute épreuve. Un enfant n’est pas un frein, c’est le moteur.

Mes conseils pour les autres mères célibataires qui souhaitent reprendre leurs études:

Sans prétention aucune, je me permets toutefois de formaliser certaines pensées que j’aurais aimé pouvoir lire ou entendre lors de mes moments de doutes. Mes chères Mamans Célib’, étudier ou entreprendre c’est avant tout une liberté. Quel que soit votre projet, personne n’a à juger de vos capacités ou de la rationalité de vos objectifs. L’échec c’est de ne pas avoir essayer parce que vous serez habitée de regrets. Puisez votre motivation dans le regard de vos enfants aux yeux de qui vous êtes et serez toujours la meilleure. Restez positives, croyez en vous et sachez vous entourer de personnes bienveillantes et aidantes.
Si vous souhaitez reprendre des études, entreprendre, vous réorientez professionnellement, faîtes-le. Même si parfois on peut être habitée de doute et culpabiliser ou craindre de se consacrer pleinement à autre chose qu’à son ou ses enfants. Personnellement je suis intimement convaincue que votre épanouissement sera celui de vos enfants. Les seules barrières qui existent sont celles que vous vous mettez… Alors lancez-vous!


Leave a Reply