Lorsque vous êtes une mère seule d’un enfant différent ayant des besoins spéciaux, il est évident que vous avez de nombreux challenges dans votre vie. Mais malgré les défis, être mère seule d’un enfant différent est incroyablement gratifiant. Un peu comme si vous aviez réussi à lancer la fusée Ariane toute seule. 

Être maman solo est déjà une tâche difficile dans des circonstances «classiques». Mais lorsque votre enfant a un handicap ou des besoins particuliers, le niveau de difficulté est encore plus élevé. Les défis semblent se doubler. C’est d’autant plus vrai si vous êtes une mère seule sans soutien de l’autre parent.

Vous êtes alors seule pour gérer les soins de votre enfant ayant des besoins spéciaux, et parfois vos autres enfants aussi. C’est une responsabilité énorme, et même si vous voulez faire de votre mieux pour votre enfant, une mère seule d’enfant différent est confrontée à des difficultés parfois extrême, sans avoir le soutien d’un conjoint. Ces challenges peuvent sembler impossibles à relever, mais il existe des astuces pour que les mères seules avec un enfant à besoins spéciaux puissent créer un style de vie unique et agréable pour elles-mêmes comme pour leurs enfants.

Un maitre mot l’organisation !

Commencez par réfléchir aux aménagements que vous pouvez apporter à vos journées de travail. Peut-être vous est-il possible de commencer plus tard le matin? Ou de partir tôt l’après-midi ? De prendre une journée non rémunérée une fois par mois?  Ou de travailler 4 jours au lieu de 5 jours? Peut-être aussi de télé-travailler depuis chez-vous de temps en temps? 

Cette réflexion vous permettra de planifier au mieux les rendez-vous médicaux  de votre enfant. Essayez aussi de voir plusieurs spécialistes d’une même clinique/ hôpital ou cabinet médical. Ce sera un gain de temps et d’énergie énorme. 

  • Créez un calendrier ainsi qu’un semainier pour organiser vos journées et vos semaines. Vous y notifierez les rdv médicaux et autres, les plages horaires ou vous pouvez être aidée à la maison, les menus de la semaine ….  Veillez à vous laisser des espaces vides pour vos moments à vous et pour des moments avec vos autres enfants.  Un calendrier peut aider à réduire de nombreux facteurs de stress. Si tous vos enfants savent à quoi s’attendre, cela vous laissera plus de temps pour gérer d’autres choses. Et cela diminuera votre stress.
  • Si l’autre parent de votre enfant peut être impliqué, travaillez sur le co-parentalisme dans l’intérêt supérieur de votre enfant. Chacun d’entre vous aura des idées sur la façon dont votre enfant devrait être élevé. Le risque de conflits est de ce fait très élevé, il est inutile de le nier.  Mais faites de votre mieux pour garder des routines cohérentes dans vos deux maisons. Partager des idées ensemble et trouver un terrain d’entente qui soit acceptable pour vous deux permettra de créer un environnement familial positif et plus de stabilité pour votre enfant à besoins spéciaux.

 

Prenez une profonde respiration.

D’accord, il faudra beaucoup de respirations profondes. Ou peut-être vous devrez- vous sans cesse vous rappeler de respirer réellement ! Lorsque votre enfant est diagnostiqué pour la première fois, vous n’aviez peut-être pas de partenaire dans la pièce vers lequel vous pouviez vous tourner et demander «que devrions-nous faire?» Parce qu’il n’y avait pas de nous. Il y avait juste toi.

Nous espérons que vous soyez entourée de votre famille et de vos amis (ou du papa bien sûr). Mais à la fin de la journée, les décisions c’est à vous de les prendre seules. C’est d’autant plus vrai si le père est absent.

Si le père est absent, rappelez-vous qu’il y a tout de même un avantage: vous n’avez pas à traiter avec un autre parent qui peut penser qu’une procédure, une thérapie ou une évaluation est inutile. Vous êtes également épargné par le ressentiment qui surgit inévitablement si vous êtes le parent qui s’occupe de la plupart des besoins quotidiens de votre enfant.

Demandez de l’aide.

Dans une famille biparentale parfaite, un des parents devient souvent parent au foyer pour gérer la liste sans cesse croissante de rendez-vous avec médecins et thérapeutes. En tant que maman seule d’enfant différent, vous n’avez probablement pas le luxe de pouvoir quitter votre emploi pour pouvoir vous occuper de tout cela. Alors que faire?

  • Si vous êtes maman d’autres enfants qui sont assez âgés pour vous aider, laissez-les vous aider, mais dans des proportions raisonnables. Les frères et sœurs des enfants différents assument trop souvent un rôle qui n’est pas adapté à leur âge et à leurs besoins à eux. Les enfants différents ont bien souvent besoin d’une aide considérable au quotidien. C’est pour cela que nous devons veiller à ne pas faire porter de trop grandes responsabilités à nos autres enfants. Ils ont besoin de temps pour eux-mêmes, pour leurs amis, pour des activités, et de temps seuls et avec leur maman de temps en temps.
  • Donnez-vous la permission d’accepter l’aide de la famille, des amis, d’associations et des voisins. Beaucoup de mères seules avec des enfants à besoins spéciaux ressentent le besoin de «tout faire». Cela peut entraîner un stress, une anxiété et un épuisement importants. Voir un burn-out maternel. N’hésitez pas non plus à demander de l’aide pour des choses précises. Beaucoup de gens veulent souvent aider mais ne savent pas comment ni comment se proposer.
  • Si vous avez besoin d’aide en matière de logement, de nourriture, de soins de santé ou de garde d’enfants, demandez l’aide de vos organismes de services sociaux locaux. Parfois, les choses sont difficiles quand il n’y a qu’un seul revenu dans le ménage, et vous pouvez avoir du mal à répondre à tous vos besoins. Vous ne devriez pas en avoir honte ou être gênée de demander leur soutien.

Prenez vos précautions avec le Dr Google.

Sur le Web vous trouverez bon nombre de sites Web, de blogs, d’études et des groupes de soutien pour à peu près tous les besoins spéciaux. Certains offrent des conseils réellement utiles. D’autres offrent des platitudes. Et certains sont carrément déprimants. Les études médicales par exemple sont difficiles à déchiffrer pour une néophyte. Les résultats d’une étude particulière peuvent paraitre particulièrement alarmants, mais après un examen plus approfondi, vous réalisez que l’étude a été faite sur 36 enfants dans une région reculée de Bali. Toutes les études ne s’adaptent pas à votre cas, certaines ne sont absolument pas fiables.

Avec un peu de pratique, vous pouvez tout de même vous renseigner sur les nouvelles thérapies ou sur  les traitements qui peuvent ne pas être connus des médecins qui suivent votre enfant et qui méritent d’être connus.

Soyez prêtes pour les platitudes d’usage.

Amis et famille, avec toutes les meilleures intentions du monde, vous diront des choses comme «tu peux le gérer, sinon tu n’aurais pas eu un enfant avec des besoins spéciaux» ou «les choses arrivent pour une bonne raison».

N’hésitez pas à leur répondre que s’il y avait une sorte de justice divine qui ferait que les mères seules ne recevraient pas plus de challenges qu’elles ne peuvent en gérer, les hôpitaux psychiatriques et maisons de repos n’afficheraient pas complet ! Souvent les gens disent des banalités affligeantes ou blessantes tout simplement parce-qu’ils ne savent pas quoi dire d’autre. Une mère seule d’un enfant différent met parfois mal à l’aise, y compris l’entourage. Montrez-vous amicale et pardonnez les platitudes si elles ne sont pas malveillantes.

Ayez une vie sociale.

Puisque tu n’as pas de partenaire à qui te plaindre à propos de ces commentaires stupides, trouve des amis qui te comprennent. Ce sont des gens qui savent ce que c’est d’être la mère seule d’un enfant différent. Internet est pour cela une mine d’or tant il existe de communautés de soutien ou de forums.

Certaines personnes risquent aussi de s’éloigner de toi. Comme si être mère seule d’un enfant différent est une maladie contagieuse. Certaines personnes risquent de ne pas être très accueillantes, notamment dans les écoles ou centres de loisirs. C’est blessant, inutile de le nier. Certains changeront d’avis et reviendront. D’autres ne le feront jamais. D’ou l’importance de nourrir tes amitiés existantes et de ne jamais te laisser sombrer dans la solitude.

Insistez sur une communication claire.

Si vous ne pouvez pas assister à chaque rendez-vous médical car vous travaillez, insistez pour que les professionnels de santé utilisent un cahier de communication. Cela vous permettra de garder trace de leurs commentaires sur chaque rendez-vous. La nounou ou la grand-mère ne vous restituerons peut-être pas les choses les plus importantes. Et peut-être qu’elles ne vous rendront pas compte clairement de tout ce qui a été dit. 

De plus, cela vous permet de communiquer clairement avec le papa s’il est présent dans la vie de votre enfant à besoins spéciaux. Et ainsi d’éviter malentendus et conflits.

N’oubliez pas de prendre soin de vous.

Prenez du temps pour vous. En tant que mère seule d’un enfant différent, c’est une chose primordiale qui peut aussi sembler presque impossible. Pourtant, il est certain que cela peut vous fournir le carburant dont vous avez besoin pour être positive avec vos enfants.

Commencez par fixer des heures de coucher strictes pour vos enfants. Les heures de coucher précoces, vers 7 h 30 ou 8 h, sont bonnes pour la routine et pour la santé de l’enfant et vous permettront de vous détendre le soir. Lisez quelques chapitres d’un livre, prenez un bain ou regardez votre émission préférée. Bien sûr, il y aura certainement des interruptions à votre routine, mais généralement ce temps sera le vôtre.

Célébrez vos réussites en tant que mère seule d’un enfant différent.

Vous avez pris les décisions difficiles par vous-même. Votre vie vous demande beaucoup d’efforts, d’abnégation, de patience et d’Amour. Et pourtant il n’y a aucune école pour apprendre à être mère seule d’un enfant différent. Alors récompensez-vous de temps en temps. Célébrez aussi bien seule qu’avec vos enfants vos réussites les plus significantes. 



Leave a Reply