Un jour, Marc m’a quittée. Il y avait des mois que ça n’allait plus dans notre couple et il était plus sain que nous en restions là. La vérité c’est qu’il avait raison de me quitter. Nous ne faisions plus d’efforts l’un envers l’autre. Après 6 ans d’Amour, notre amour d’autrefois se transformait en haine. Il ne voulait plus de notre enfant à naitre et voulait mettre un trait définitif sur notre histoire. Et je pense qu’il avait fini par contrer quelqu’un d’autre. Drapée dans mon orgueil et dans ma dignité de future maman (j’étais enceinte), je l’ai laissé partir. Je n’ai pas réalisé tout de suite que j’allais vraiment devenir pauvre.

Je lui ai emballé une à une ses affaires dans du papier de déménagement, j’ai rangé ses livres dans des cartons et ses habits dans une valise. Et c’est ainsi que je me suis mise à imaginer mon futur sans lui à ses côtés. Comment j’allais peindre la chambre de notre futur bébé, comment j’allais mener ma vie et enfin, comment j’allais désormais payer les factures.

J’ai réalisé que j’allais devenir pauvre.

C’est là que je me suis littéralement pétrifiée. Pourquoi je ne me suis pas mariée? POURQUOI, POURQUOI, POURQUOI? J’aurais au moins été un peu protégée par la loi. Du moins j’aurais pu l’espérer. Mais là j’allais me retrouver sans rien, ou du moins avec pas grand chose. Et avec un bébé à naitre.

J’ai essayé de me ressaisir. Les choses pourraient être pires. Je pourrais avoir un cancer en phase terminale, par exemple. Ou je pourrais être l’une des écolières kidnappées au Nigeria. Ou je pourrais être le petit Gregory ou même être Jeanne d’Arc. Hors je n’ai pas été kidnappée par Boko Haram, ni été brûlée au bûcher comme une sorcière à l’époque médiévale. Je ne travaille pas en tant que prostituée et je n’ai plus l’âge de me faire enlever dans la rue par un prédateur d’enfants.

Il est vrai que je pourrais avoir besoin de commencer à travailler en tant que prostituée, mais ça je préfère ne même pas y penser.

Mais j’y pense quand même. Je me demande si  ce sera comme dans Pretty Woman. Que je me mettrais à me promener avec des bottes qui arrivent à mi-cuisses.  Et si j’attirerais alors des hommes très riches et en pleine possession de leurs facultés mentales.

Tout ira bien. J’ai juste besoin de respirer. Et tout ira bien.

Je suis allé à mon premier cour d’accouchement sans douleur hier. C’était hilarant. Certains hommes posaient des questions très bêtes sur la naissance. C’est pas politiquement correct de le dire mais ça m’a réconfortée quelques minutes de me dire que les hommes sont stupides. Par contre quand on a du mimer des mouvements avec nos partenaires, j’ai eu un moment de flottement ou je me suis sentie déboussolée et pas à ma place.

C’est à ce moment-là que la femme qui dirigeait le cours m’a dit qu’elle était désolée pour moi car j’étais une sorte de femme abandonnée.

Finalement je pense que je n’ai pas besoin d’un mari pour accoucher.

Je n’ai pas besoin d’un mari. Non pas du tout. J’ai lu quelques livres au sujet de l’accouchement, vous savez, je suis pratiquement une sage-femme.  Quoi qu’il en soit, je vais entrer dans le bain maintenant et essayer de devenir la meilleure des mères célibataires du monde. Même si je m’attend à très vite devenir pauvre. Et que j’ai même commencé. Désormais j’ai troqué notre belle maison contre un studio en centre ville. Je fais attention à mon budget et je ne pense pas pouvoir repartir en vacances bientôt. Souhaitez-moi bonne chance !



Leave a Reply